Chapitre 10 : Les repas, par Kezios et Salomas


Le repas, par Kezios :
Pendant le repas, on entend le vent qui souffle. C'est moi qui refroidit mon plat, trop chaud.
Papas continue à faire des grimaces qui nous font rire, sauf maman qui alterne entre rires et cris.
On dirait qu'elle va faire une crise de nerf ou qu'elle a avalé quelque chose de trop chaud ou de travers ou encore les trois à la fois !!
« Moi une fois je me rappelle, il n'y avait plus de ketchup, j'ai regardé au bout du tube, j'ai appuyer et Splash, j'en avais partout. » J'éclate de rire en me rappelant ce bon souvenir mais comme j'avais la bouche pleine, j'envoie plein de projectiles autour de moi !
- " On ne parle pas la bouche pleine ! Tais-toi et mange ! », me lance ma sœur.
Elle me casse les orteils cette rabatjoise.
Alors je me remets à faire du vent sur mon assiette.
Subitement, j'interromps le vent : une nouvelle idée vient de fuser dans mon cerveau.
Je me tourne vers Mamas :
- « Pourquoi tu m'as fait deux ans après Salomas ? »
Papas intervient pour sortir maman de l'embarras ou de la réflexion :
- « Parce que nous n'avons pas eu l'autorisation avant. »
Une nouvelle question me vient encore
- « Pourquoi les guilis ça me fait rire ? »
Cette fois, Papas capitule : il lève les yeux au ciel, attend la divine réponse qui ne semble pas venir.
- " Je dois réfléchir ! », lance-t-il d'un air désolé et il se lève de table.
- "Oh non tu ne veux pas aller aux toilettes », se lamente Salomas.
C'est comme ça Papas. Quand il ne sait pas il réfléchit. il est vraiment très fort mon Papas.
 
Le repas par Salomas :
Nos repas sont un haut lieu de discussion intelligente où chacun rivalise de savoir, de sagesse, d'imagination, de créativité…
Même mon idiot de frère s'y met :
- mon frère : " Papas, il est petit ton bol, il a rétréci ? "
- Papas : " Oui, il a rétréci au lavage. »
- Kezios : " Ah bon, ça peut rétrécir au lavage ? "
- Paps : " Oui, c'est comme les vêtements. »
Parfois nous discutons de sciences. Ce soir nous avons découvert une nouvelle espèce animale : le mammouth–aigle.
Kezios prétendait qu'il était un aigle.
- " Non, m'écriais-je, tu es une crevette. Tu manges comme une crevette. »
- " C'est pas vrai, d'abord je suis un aigle et Papas est un mamouth. "
- " Oui, renchérit Papas. Kezios est un mamouth–aigle ! "
Il poursuit, touché par la grâce de l'inspiration :
- " Le mammouth–aigle est un animal bizarre. Démonstration : prenons cette cuillère remplie de purée de pois cassés, je lâche son contenu au-dessus de mon assiette. Vous venez d'observer le vol plané d'un splendide mammouth–aigle. »
Un tonnerre d'applaudissements accueille cette remarquable démonstration de notre excellentissime Doctor Papas.
Mais Papas m'a pas encore terminé. Il reprend :
- " Pour faire son nid, un mammouth–aigle procède de la façon suivante : il escalade une très haute montagne, court au sommet de celle-ci, et s'élance dans le précipice en criant « yahouu » BOUM ! Voila comment un mammouth–aigle fait son nid. »
- " Oui," ajoutais-je saisie moi aussi par la puissance de l'inspiration grandissante. " Et aussi quand il n'y a pas de montagne, la femelle mammouth-aigle grimpe sur un pont, fait un saut à l'élastique, un seul saut, et paf. "
À ce moment-là, Kezios, parvenu au summum de l'inspiration, lève sa main très haut et crie :
- « Même pas mal qui dit le mammouth–aigle. » Il joint le geste à la parole et sa main s'écrase brutalement dans son assiette de purée de poids cassé ! Le petit mammouth–aigleion nommé Kezios vient de creuser son nid (ou plutôt sa tombe) dans sa purée : il y en a partout. Mamas ne rigole plus !
Ce soir-là il ne sera plus "le petit chouchou à son Papas et sa Mamas" !