Chapitre 7: La télé, par Salomas


Mamas est une experte ; une pro ; une sorte de "doctor es televisium ».
Elle a certainement fait de très hautes études en télé avant d'arriver à un tel niveau !
Elle est capable de regarder la télé pendant 24 heures, sans boire, sans manger (sauf du chocolat), sans respirer même (quand il y a du suspense) mais pas sans râler : là il ne faut quand même pas abuser. 
Parfois, euh non souvent, même tout le temps, maman s'arrête subitement en plein milieu du repas, se lève, prend son assiette et son plateau et se sauve précipitamment affolée : « Merd… (note de moi : gros mot type "bouse de vache » ou « crotte de taureau"), mon film va commencer ».
À ce moment, plus personne dans la maison ne peut, que dis-je !, ne doit parler, ni faire du bruit, ni même péter (je sais c'est dégoûtant mais ça ne m'arrive pas, à mon frère des fois et à Papas jamais, c'est l’orage).
Celui qui dérogerai à cette règle serait écartelé, exécuté, crucifié, griffé, grillé, barbecuté, guillotiné et giflé (mais pas électrocuté quand même ça ne se fait pas) immédiatement sur la place publique.
On ne rigole pas avec ça !
Les films de Mamas commencent toujours de la même manière : des grands bruits genre dégringolade dans les escaliers, coups de poing, bras cassés, écrasements de doigts de pieds, hurlements du type gars constipé coincé dans les toilettes depuis 24 heures, et tronçonneuses à l’arrêt ou en panne.
Ensuite le film commence vraiment.
Les ingrédients sont toujours les mêmes.
Pour faire un grand film procéder comme suit :
- mettez dans un grand saladier, trois grincements de vélo rouillé, 1 kg de bêtises, une pincée de jalousie, un soupçon de joie, une lueur de noirceur, trois verres de pamplemousse rose de Californie, une cuillère à soupe d'amour et de bisous sur la bouche et de trucs encore plus dégoûtants… !
-manger, rajouter ensuite quelques graines de haine qui bourgeonneront, fleuriront et pourriront petit patapon.
Voilà, un grand film est né !
PS : Ah j'oubliais, on peut aussi le faire cuire et saupoudrer une légère dose d'humour avant de le servir avec un coulis de suspense : alors là !!! on tient l'harmonie suprême, le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre ! 
Bonne nuit les enfants !